Dana Wyse

Posted: June 28th, 2010 | Author: | Filed under: portfolios | Tags: , , | 1 Comment »
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

Canadian writer and artist born in 1965

god

accept_that_youre_alone

baby

be_invisible

blowjob

camping

gay

control_your_family

instant_rehab

public_sculpture

gum

instant_therapy

millionaire

school

keys

instant_twin

bags


Serge Spitzer

Posted: June 27th, 2010 | Author: | Filed under: interviews | Tags: , , , | No Comments »
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

tubes1

installation view, image by André Morin

How did you start making art?
I don’t know if I started making art or I got caught into it. It was never a clear decision from my side, it has more to do with the fact that I was curious about many things and sometimes these things took a shape which became associated with ideas of art.

Could you tell us about the Reality Models?
What I can say is that I am interested to find certain models which exist between people, between places, between ideas. I try to mediate between them and I try to find significance in a very simple thing which is universal and by definition this becomes a model for a reality we all experience in different places, different cultures. We are preoccupied or at least we have common denominators, coordinates and those become in a way a kind of trajectory of references. These references are what I call ‘reality models’.

Could you tell us about the project for the Palais de Tokyo?
I do not think I am exhibiting a project, the project is exhibiting itself. It is a system I made 15 years ago in Lyon for the first time. I am happy to have the opportunity to show this piece in France again, to rebuild work which has been destroyed 15 years ago and to make it clearer despite the ambiguity I feel about a work which defines itself by its nakedness. In a way it is a naked system of contradictions. Making it again enables me to show how adaptable it is in different conditions.

Did you conduct research on the building?
No, but I was just fascinated by this hidden space which was always there. I’ve seen the Palais de Tokyo for the first time in December. I know very little about its history but I know that this building which is hidden for so many years, used to be a Museum of modern art. And I know that to have such a significant institution buried, hidden and out of view for so many years, it’s something significant. In a way I wanted to use its volume of air which stays there maybe, possibly unused, unfunctional but significant and to make it circulate through Palais de Tokyo above the surface in a kind of shape defined in its lack of function.

In a way your installation could also been considered as a kind of link between the past of the building and its future
Of course, but you should know that even if the space would not been used in the future, it would have been an exciting and interesting possibility. I am fascinated by how certain systems become clear in different contexts. Now if you take a system and you put it in a different context, it gains something from the surrounding mystery, history and aura and enlarges the significance of it because you are creating something which in a way evolves and remains the same. And I think that the potential of this work is that it is always the same but is always different.

What about scale?
Well I think that it is very clear the installation can not be too small because the size of the tubes and the relationship between the scale of the elements with the human body is very important to me. The fact that you have certain intentions, wishes and associations in this perspective and not like in a small straw model construction, it is very important. We need to understand the relativity between the human scale and certain interventions. In this case the systems are always much larger and much complex that we are able to see. They can not be insignificant in size.

What about the title?
It is important to understand that the title of this work which refers to a baguette and a croissant is a way to reference to a place but also comes back to the origins of the piece as an ambiguous description of sculpture. A baguette and a croissant are two elements which are associated with nurturing, with food and associated with our intimacy and of course to France. But in a way they also represent models of sculpture: a croissant and a baguette, they are made from flower, water and butter. The cooking transforms them into sculptural objects. The bread is chewy, it is like a form, with different kinds of air and displaced bubbles of air inside. The croissant is a volume which is made of layers. The butter which becomes emptiness in a way, but full by its own construction. So this analysis of everyday life elements like a fruit or a vegetable or a croissant, comes from my interest to generate for people some curiosity. Sometimes the title has to be boring, or long like this one. Also the work is very large and needs to have a trail in order for you to understand that the work takes a shape but fights again it. And at the same time, hope for people to look for meaning in everyday life and in a way transform it back into a model.

Is it a sculpture? An installation?
It is not an objet d’art for sure. It does not fit in the category of a certain way of intervention because I do not believe in these categories.

But it is shown in some art venue.
Yes but it is a different specie, it is a different category. It is also an installation and also a sculpture and a site-specific installation of course using the air from below. But it is also an universal idea. You know the breath of place takes over this work and the breath of this place will fill it up with meaning. The idea is ‘Is this meaning transportable only in one shape?‘ Or ‘Is this meaning transportable in a multitude of shapes using the same ideologies or attitudes?‘ I see my role is pointing towards something which is undefined but is generous, something which can give many meanings, adapt to many places and be significant universally because it starts from something very specific and local. And if there is something which interests me, is to find those elements which can speak an universal language of meaning and that are still very much adapted to a place. It is somehow like human beings.

tubes2

vue d’exposition, photo : André Morin

Vos débuts en art
Je ne sais pas si j’ai commencé à faire de l’art ou si j’ai été happé par l’art. Cela n’a jamais été une décision claire de ma part, c’est davantage dû au fait que j’étais curieux d’un certain nombre de choses qui ont pris forme et ont été associées à des idées en rapport avec l’art.

Pouvez-vous évoquer les Modèles de Réalité ?
Ce que je peux dire, c’est que cela m’intéresse de trouver certains modèles qui existent entre les gens, entre les endroits, entre les idées. J’essaie d’établir un lien entre eux et j’essaie de trouver un sens à une chose très simple qui est universelle et qui par définition devient un modèle de la réalité dont nous faisons tous l’expérience, dans différents contextes et différentes cultures. Nous sommes préoccupés ou tout du moins nous avons des dénominateurs et des coordonnées communs qui deviennent d’une certaine manière des trajectoires de références. Ces références sont ce que je nomme les « modèles de réalité ».

Pouvez-vous nous parler du projet pour le Palais de Tokyo ?
Je ne pense pas que j’expose un projet en tant que tel, c’est davantage le projet qui s’expose. Il s’agit d’un système que j’ai créé il y a quinze ans à Lyon. Je me réjouis à l’idée de montrer ce travail à nouveau en France, de le reconstruire alors qu’il a été démonté quinze ans auparavant. Il s’agit aussi d’apporter des précisions, ce malgré l’ambiguïté que j’éprouve pour cette pièce qui se définit par sa nudité. D’une certaine manière, c’est un système nu, plein de contradictions. Le fait de le refaire me permet de montrer à quel point il s’adapte à différentes conditions.

Avez-vous effectué des recherches sur le bâtiment ?
Non, j’étais seulement fasciné par cet espace caché des regards qui a toujours été là. J’ai vu le Palais de Tokyo pour la première fois en décembre. Je ne connais pas bien son histoire, je sais juste que ce bâtiment abritait le Musée d’art moderne auparavant. Et je sais que le fait d’avoir une institution aussi importante ensevelie, cachée et hors de vue depuis tant d’années est une chose inestimable. D’une certaine manière, je voulais utiliser le volume d’air qui subsiste peut-être dans cet espace, probablement inutilisé, non fonctionnel mais néanmoins important. Je voulais le faire circuler à travers le Palais de Tokyo au-dessus de la surface, et qu’il prenne une forme définie par cette absence de fonction.

Votre installation pourrait aussi être considérée comme une sorte de trait d’union entre le passé et le futur de ce bâtiment
Bien entendu. Ceci dit, s’il n’était pas prévu de réhabiliter cet espace prochainement, cela aurait été tout de même une possibilité aussi stimulante qu’intéressante. Je suis fasciné par la façon dont certains systèmes se révèlent à nous dans des contextes différents. Maintenant, si vous prenez un système et que vous le placez dans un contexte différent, il tire parti du mystère, de l’histoire et de l’aura environnants. Sa portée s’en trouve ainsi agrandie car vous créez quelque chose qui évolue tout en restant identique. Et je pense que le potentiel de cette pièce réside dans le fait qu’elle est toujours la même et également différente à chaque fois.

Un mot sur l’échelle ?
Et bien il me semble évident que l’installation ne peut pas être de taille réduite, au vu de la dimension des tubes. La relation entre l’échelle des éléments et le corps humain est également importante pour moi. De mon point de vue, il y a certaines intentions, certains souhaits et associations qui sous-tendent ce projet : il ne s’agit pas de modèles réduits. Nous devons comprendre la relativité entre l’échelle humaine et certaines interventions. Dans ce cas, les systèmes sont toujours plus grands et plus complexes qu’il n’y parait. Leur taille est significative.

Un mot sur le titre ?
Le titre de ce projet, qui évoque une baguette et un croissant fait référence, en quelque sorte, à un endroit précis, mais rappelle également les origines de la pièce par cette description ambiguë d’une sculpture. La baguette et le croissant sont deux éléments associés à la nourriture, et par extension à notre quotidien et enfin à la France. Mais d’une certaine manière, ils représentent également des modèles de sculpture : un croissant et une baguette s’obtiennent en utilisant des céréales, de l’eau et du beurre. La cuisson les transforme en objets sculpturaux. Le pain est d’une consistance molle, et s’apparente à une forme, avec des bulles d’air disséminées à l’intérieur. Le croissant est un volume constitué de différentes couches superposées. Par certains aspects, le beurre cesse d’être un solide pendant la cuisson, mais il reste plein, du fait de sa structure. Donc cette analyse d’éléments du quotidien tels qu’un fruit, un légume ou un croissant vient de mon intérêt pour susciter la curiosité des gens. Parfois, le titre doit être ennuyeux ou long, comme c’est le cas ici. De même que la pièce a des dimensions importantes, elle doit avoir un parcours pour que vous compreniez qu’elle a une forme donnée contre laquelle elle se bat. De la même manière, elle incarne la possibilité pour le spectateur de s’interroger sur le sens de la vie quotidienne et la possibilité de le transformer en un modèle de réalité.

S’agit-il d’une sculpture ? D’une installation ?
En tout cas, il ne s’agit pas d’un objet d’art. Cela ne rentre pas dans une catégorie car je ne crois pas à tout ce système de classification.

Pourtant la pièce est montrée dans un centre d’art
Effectivement, mais il s’agit d’une espèce différente, qui appartient à une autre catégorie. C’est à la fois une sculpture et une installation in situ qui utilise l’air provenant du niveau inférieur. Mais c’est également une idée universelle. Vous savez, c’est le souffle provenant de cet endroit qui emplit cette structure, et qui lui donne son sens. On se demande alors si le sens est une donnée transportable dans une forme spécifique ou dans une multitude de formes utilisant les mêmes idéologies. Je pense que mon rôle est de désigner cette chose indéfinie mais généreuse, pouvant avoir plusieurs significations, pouvant s’adapter à différents endroits et endosser ce caractère universel car elle a pour point de départ un endroit précis. Pour moi, c’est intéressant de rassembler ces éléments qui s’adressent à tout le monde d’une part, et qui s’adaptent néanmoins à un endroit précis d’autre part. C’est en quelque sorte comme avec les êtres humains.

Re/Search: Bread and Butter with the ever present Question of How to define the difference between a Baguette and a Croissant (II), 1995-2010
Palais de Tokyo, Paris (19 Feb – 05 Dec 2010)

http://www.realitymodels.org/


Andrei Tarkovsky

Posted: June 24th, 2010 | Author: | Filed under: portfolios | Tags: , , | No Comments »
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

Russian filmmaker, writer, film editor, film theorist and opera editor (1932-1986)

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

27

28

29

30

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44


Tobias Zielony

Posted: June 12th, 2010 | Author: | Filed under: portfolios | Tags: , , | No Comments »
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

German photographer born in 1973

aral2

Aral-2, 2004

bmx

BMX, 2008

disco

Disco, 2008

garages

Garages, 2008

entree2

Entree-2, 2003

krista

Krista, 2007

style

Style, 2007

opening

The Opening, 2005

zigarette

Zigarette, 2003

women

Three Women, 2008

ride

Ride, 2008

zgora

Zgora, 2008

netto1

Netto-1, 2004

ocean

Ocean, 2007

Tobias Zielony is currently exhibiting at Kunstverein Hamburg. For further information:
http://www.kunstverein.de/ausstellungen/aktuell/20100605-zielony.php